Lundi 29 mai 2017 - 09:50 -  Méteo  -  
0°C
Inconnu
Accueil > Infos pratiques > Toute l’actualité
Imprimer   |   Envoyer à un ami   |   Flux RSS Agrandir le texte Retrecir le texte
Après la mise en séparatif, l’auto-surveillance des réseaux
Assainissement
Après la mise en séparatif, l'auto-surveillance des réseaux

Afin d’observer et d’améliorer son système d’assainissement, la Communauté d’agglomération vient de lancer l’auto-surveillance sur son réseau de canalisation d’eaux usées.

De 2012 à 2013, le service assainissement de la Communauté d’agglomération a mis en place l’auto-surveillance sur son réseau d’eaux usées.
En test depuis octobre dernier, ce dispositif rassemble une vingtaine de points de contrôle, répartis sur l’ensemble du réseau, qui permettront de mesurer et d’analyser, heure par heure, les débits au sein des canalisations d’eaux usées.
Parallèlement, afin de mieux maîtriser les polluants, deux campagnes de prélèvement d’échantillons puis d’analyses en laboratoire seront systématiquement réalisées chaque année.


« Cette démarche s’associe à l’installation de quatre pluviomètres puisque nous avons constaté, par temps de pluie, l’augmentation de débit dans le réseau d’eaux usées. Cela démontre un problème d’eaux parasites que nous pourrons donc identifier et, de ce fait, corriger pour être en conformité », précise François Adroit, le directeur du service de l’assainissement.


MIEUX REPÉRER LES REJETS POLLUANTS

Ces dispositifs, dont la corrélation entraînera une meilleure gestion des flux sur les eaux usées, devraient être effectifs en juin prochain.
Des systèmes d’observation et d’analyse qui permettront, courant 2016, l’automatisation des ouvertures et fermetures des bassins de rétention.


DES PLUVIOMÈTRES INSTALLÉS AUX QUATRE COINS DU TERRITOIRE

Si l’auto-surveillance des eaux usées sera effective, post-tests, en juin, les pluviomètres sont d’ores-et-déjà utilisés par le service assainissement.
Afin de couvrir le territoire, quatre de ces équipements qui mesurent en temps réel les intempéries ont été installés : deux sur Chelles, un sur Vaires et un sur Courtry.

Ces stations de mesure de flux permettent notamment d’analyser l’influence des précipitations sur le niveau des rus et des rivières.
Tout comme l’auto-surveillance à venir sur le réseau d’eaux pluviales, elles joueront un rôle de premier ordre pour la mise en place de l’automatisation des vannes des bassins de rétention.
Mentions légales/Crédits/Accessibilité/Plan du site/Contacts