Connect with us

Hi, what are you looking for?

Maison

Comment soigner sa pelouse au gré des saisons

Avoir une belle pelouse toute l’année demande du travail. Et l’entretien de votre gazon repose essentiellement sur les saisons. Comment procéder ?

Un point sur l’arrosage

Pour commencer, sachez que vous n’avez pas besoin d’arroser votre gazon toute l’année. Généralement propice entre la fin du printemps et le début de l’automne, l’arrosage ne doit se faire que quand le gazon le nécessite. Dans ce sens, pensez à arroser tôt le matin au printemps.

En général, les nuits d’automne sont froides, sans parle des risques de gel en fin de journée. Par contre, en été et en automne, vous devez arroser le soir, même en pleine nuit pour laisser l’eau infiltrer le sol. Vous trouverez plus d’informations ici.

En effet, vous devez arroser quand les pas laissent derrière eux des empreintes sur le gazon. Vous devez également arroser quand l’herbe commence à pâlir. Sinon, sachez que les besoins en eau de la pelouse augmentent quand il fait chaud et sec, quand il vente et suite à une tonte rase.

Le chaulage

Ayant pour but de réduire le taux d’acidité du sol, le chaulage fait partie des rituels obligatoires pour garder sa pelouse verte et dense. De plus, il permet également de réduire l’invasion des adventices vu qu’il permet à l’herbe de pousser plus serré.

Le chaulage est un entretien qui doit être réalisé au moins deux semaines avant la fertilisation. C’est une période préconisée pour permettre à la chaux d’agir et de ne pas perturber l’absorption de l’engrais par le sol lors de la fertilisation.

Sinon, le chaulage se déroule en principe au début du printemps et de l’automne c’est-à-dire entre février et mars et octobre et novembre. La chaux est utile pour la croissance de l’herbe et réduit celle de la mousse.

La fertilisation en quelles saisons ?

La fertilisation est vitale pour la pelouse, car le procédé qui consiste à lui apporter des nutriments vitaux dont elle a besoin pour sa croissance et sa bonne santé. Bien fertilisé, votre gazon résistera plus aux maladies et aura tendance à jaunir moins vite face à la sécheresse.

Sinon, côté fréquence, sachez que la pelouse peut être fertilisée deux à trois fois par an. En effet, l’apport en azote, en potassium et en phosphore est utile toute l’année sauf en hiver où les produits n’arrivent pas à pénétrer le sol.

De ce fait, en mars, vous devez fertiliser votre gazon pour permettre à l’herbe de bien pousser. Entre juin et juillet, la fertilisation est propice pour un apport de résistance face aux températures et aux autres dégâts qui peuvent arriver en été.

Puis, en octobre, à l’automne, il faut fertiliser la pelouse une dernière fois. Vous y apportez un complément nutritif pour lui permettre de passer l’hiver sans encombre. De plus, c’est un procédé utile pour diminuer les risques de formation de mousse et de feutre.

Qu’en est-il de la tonte ?

Le gazon doit toujours être tondu en toutes saisons. Mais ce sont les fréquences qui changent. Au printemps, la tonte commence par un grand nettoyage des feuillages, des branchages, des débris de buissons et d’arbres laissé par l’hiver.

Puis, en été, vous devez tondre plus souvent, car l’herbe pousse généralement plus vite. Pensez à faire du mulching, une tonte qui permet un apport plus nutritif de votre gazon. Durant cette saison, plus vous arrosez, plus vous devez tondre.

Puis, durant l’automne, la fréquence de la tonte est considérablement réduite. Le plus gros du travail reste essentiellement le nettoyage et le ramassage des feuilles mortes. La dernière tonte avant l’hiver doit alors se faire le plus tard possible. Et enfin en hiver, sachez que vous ne devez pas tondre votre gazon.

La semence et l’aération du sol

Pour une bonne pousse, il est généralement préconisé de semer juste avant la saison des pluies. De ce fait, profitez des temps doux et pas trop chauds du printemps et de l’automne pour faire votre semence.

Puis, l’aération de la pelouse se passe surtout au printemps et en automne. Ce sont effectivement des saisons propices à la réduction du chaume à la surface du sol et à la pénétration des nutriments et des engrais dans ce dernier.