Dimanche 25 juin 2017 - 09:03 -  Méteo  -  
18°C
Inconnu
Accueil > Archives
Imprimer   |   Envoyer à un ami   |   Flux RSS Agrandir le texte Retrecir le texte
Santé : les défis à relever
Santé : les défis à relever

Dans les prochaines années, le territoire de Marne et Chantereine sera confronté à la pénurie de l’offre de soins dont souffre déjà l’essentiel de la Seine-et-Marne, département qui recense l’une des plus faibles densités de professionnels de santé de France. Forts de ce constat et s’appuyant sur la loi « Hôpital, patients, santé et territoires » votée en 2009, les élus de Marne et Chantereine, les professionnels du territoire et l’Agence régionale de Santé se sont engagés pour définir un projet permettant de répondre aux attentes et besoins des habitats en matière de santé, dans le cadre plus général des actions déjà mises en œuvre en matière de Politique de la ville.

Suite à un premier diagnostic de santé intercommunal réalisé en 2012 par le Regroupement-Implantation-Redéploiement Île-de-France, plusieurs actions vont être conduites dans les mois qui viennent, en faveur du renforcement de la démographie des professionnels de santé, de l’assistance à la création et au développement des réseaux de santé de proximité, ou encore des réseaux de prévention et d’éducation à la santé.
Elles seront formalisées par la signature d’un premier Contrat local de Santé (CLS) avec l’Agence régionale de Santé, qui doit intervenir durant le premier semestre 2013.

LE CONTRAT LOCAL DE SANTÉ, OUTIL DE COHÉSION SOCIALE

Nouveau dispositif d’action en faveur de la réduction des inégalités sociales et territoriales en matière de santé, ce CLS – le premier du genre pour une structure intercommunale en Seine-et-Marne – doit favoriser la mobilisation des différents partenaires pour dépasser les fonctionnements cloisonnés qui caractérisent le système de santé.

Le 13 décembre 2012, le Conseil communautaire approuve, par un vote, la signature du Contrat local de santé par le Président de Marne et Chantereine.

Le contrat initial, signé pour un an, permettra de lancer un diagnostic approfondi de l’état de santé de la population afin de déterminer les orientations prioritaires de la politique de santé du territoire autour de six enjeux majeurs :

l’amélioration de l’organisation de l’offre de soins ambulatoires [1] : la réflexion porte sur le regroupement de professionnels de santé au sein d’une structure d’exercice collectif qui pourrait prendre la forme d’une maison de santé pluridisciplinaire ;
l’aide aux publics fragilisés, en situation de précarité et présentant des difficultés d’accès aux soins de proximité et à la prévention : il s’agit notamment de favoriser la prévention de la souffrance psychique des jeunes, la lutte contre les addictions et l’accès aux soins des populations étrangères ;
la promotion de l’éducation à la santé et de la prévention en faveur des enfants, des adolescents et des jeunes adultes ;
le renforcement de la prévention contre les cancers, par l’organisation de dépistages dont l’intérêt est de pouvoir détecter plus précocement un cancer, de mieux soigner le patient et de limiter la lourdeur des traitements et des séquelles éventuelles ;
l’aide au maintien à domicile des personnes âgées et handicapées, par l’amélioration de leur prise en charge et du soutien aux aidants ;
mise en place de deux volets spécifiques : santé et environnement, et lutte contre les nuisances environnementales.

À ce titre, rappelons la mise en place par la Communauté d’agglomération d’un Programme d’intérêt général (PIG) appelé « Atout rénovation » dont l’une des mesures concerne le soutien aux travaux d’amélioration de l’habitat favorisant l’autonomie de la personne âgée et/ou handicapée.
Par ailleurs, dans le cadre de la lutte contre l’habitat potentiellement indigne, les risques de saturnisme qui y sont liés constituent une problématique réelle dans plusieurs secteurs identifiés du territoire.
Quant aux nuisances environnementales, Marne et Chantereine a procédé, en 2010 et 2011, à trois traitements biologiques aériens des zones boisées contre les risques sanitaires liés à la pullulation des chenilles processionnaires du chêne.

État des lieux de l’offre de soins en Marne et Chantereine (chiffres RIR-IdF 2011)
• 116 médecins libéraux en activité, dont 50 généralistes et 66 spécialistes
• densité de 15,5 médecins pour 10 000 habitants, contre 20,1 en Île-de-France
• âge moyen de 55,4 ans
• 83% des médecins ont plus de 50 ans, et 57% plus de 55 ans
• 73% sont des hommes
• 63% des médecins exercent en secteur 2 (honoraires libres) contre 37% en secteur 1 (conventionné)

QU’EST-CE QU’UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ ?
QUE CONTIENT-IL ?

C’est un plan d’actions en matière de santé, décidé à l’échelle d’un territoire par trois partenaires : l’Agence régionale de santé, la collectivité territoriale et le Préfet, après avis de la Conférence de territoire de santé. Il s’agit d’un engagement partagé dont le but est de réduire les inégalités en matière d’accès aux soins sur le territoire considéré.
Il porte sur des programmes de prévention et d’éducation à la santé mais traite aussi de la démographie médicale, des structures de soins de premier recours - publiques comme privées – et de leur évolution, des structures médico-sociales en direction des personnes âgées et/ou handicapées, des politiques en matière d’addictions.
Enfin, il établit les liens entre la santé et l’habitat indigne, l’environnement et les pollutions, et encourage les politiques éducatives ou de soutien au jeune enfant.


L’AMICALE DES PROFESSIONS DE SANTÉ DE MARNE ET CHANTEREINE

Des professionnels de santé citoyens, au service de la santé de leurs concitoyens
Michel Guillard, président de l'Amicale des professions de santé de Marne et Chantereine
Créée en 1979 à l’initiative des médecins libéraux de Chelles, l’Amicale des Professions de Santé de Chelles avait pour but de faciliter les contacts et la collaboration entre les différents acteurs de l’offre de soins, à une époque où les regroupements pluridisciplinaires étaient déontologiquement compliqués et les réseaux inexistants.

Le Dr Michel Guillard, qui préside aujourd’hui l’APDS-MC, explique : « Nous souhaitions créer les conditions d’un rapprochement entre professionnels de santé des différentes spécialités par le biais d’activités non professionnelles permettant de mieux se connaître, le tout dans l’intérêt des malades et de leur prise en charge. Dès les années 1980, par exemple, nous avions pu organiser, grâce à cette forme associative regroupant des professionnels libéraux - médecins, kinés, infirmières - le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes à une époque où il n’existait aucun réseau pour leur prise en charge ».

Aujourd’hui, à l’heure où l’on souhaite créer les conditions d’une meilleure offre de soins sur le territoire, Marne et Chantereine s’appuie sur cette association regroupant une centaine de professionnels et qui a démontré, par le passé, sa capacité à se mobiliser. L’APDS-MC a récemment fait évoluer ses statuts pour embrasser sa nouvelle mission à l’échelle intercommunale, et devient le porteur d’expression et l’interlocuteur privilégié de l’Agglomération.
Paris - Vallée de la Marne

MC Agglo n°14 - Décembre 2015

Mentions légales/Crédits/Accessibilité/Plan du site/Contacts